Hijab de sport : Twitter rend-il le débat stérile ?

Les débats télévisés proposés par les chaînes publiques, à l’instar de l’émission C l’hebdo diffusée le 2 mars dernier sur France 5, constituent des objets d’analyse comparables à des courroies de transmission des polémiques sociétales. Le débat dont il est ici question revient sur la commercialisation d’un hijab de running par Decathlon, l’enseigne française spécialisée dans la vente d’articles de sport, et ravive une sulfureuse controverse, élargie au port du voile. D’abord dénoncé sur le compte Twitter de Lydia Guirous, porte-parole du parti Les Républicains, puis condamné par l’écrasante majorité de la classe politique qui en blâmait la connotation religieuse, l’article n’a finalement pas été commercialisé en France. L’animateur Ali Baddou parle d’ailleurs d’un « incendie parti d’un tweet » pour lancer le débat autour du produit, renommé « hijab de la colère » par l’émission. Il convie Zineb El Rhazoui, journaliste d’origine franco-marocaine et militante pour les droits de l’homme, ainsi qu’Aurélien Taché, député La République en Marche de la 10ème circonscription du Val d’Oise, à échanger durant une vingtaine de minutes autour de l’article de sport et de sa commercialisation controversée.

Cet affrontement va susciter un vif engouement sur la twittosphère, avec près de 4500 tweets recensés en vingt-quatre heures comportant le hashtag de l’émission (#clhebdo). Mais ces réactions, qui auraient pu prolonger et enrichir le débat par l’expression d’opinions diverses, semblent plutôt s’attacher à son déroulement et au comportement de ses participants. Alors en quoi les réactions Twitter des internautes révèlent-elles la prévalence des éléments connexes au débat sur son véritable fond ? L’intérêt des internautes semble vif mais superficiel pour un débat dont la stérilité appauvrit finalement les réactions, et contraste avec l’attention accordée à la relative richesse de ses éléments attenants.

Le tweet de Lydia Guirous duquel est partie la polémique

Un intérêt présent… mais superficiel

L’analyse des retombées Twitter liées au débat permet de constater le vif intérêt des téléspectateurs et des internautes pour le sujet discuté. En effet, pendant la seule durée de l’émission, on dénombre près d’un millier de tweets mentionnant le hashtag #clhebdo, et plus de 700 comportant le hashtag #hijab ; c’est même avant le début du programme que les réactions apparaissent, bien qu’il ne s’agisse que de tweets annonçant le sujet ou la présence des invités d’un débat qui est attendu. D’autres usagers se contentent également de partager ou de retweeter des contenus de médias expliquant la polémique liée à la commercialisation du hijab, sans pour autant exprimer d’autre idée que leur engouement pour le débat qui va suivre. L’un des contenus les plus retweetés de ce début d’émission est d’ailleurs une tribune publiée par le journal Libération affichant un cliché dudit hijab, et partagée par plusieurs comptes. L’ensemble de ces réactions sous-entend par ailleurs une maîtrise des fonctionnalités du réseau social, comme l’explique Virginie Julliard dans son article « #Théoriedugenre : comment débat-on du genre sur Twitter ? »[1], où elle constate l’importance de ces fonctionnalités dans l’expression des opinions, et parle d’une « grammaire propre à Twitter » relative à l’utilisation des hashtags et à la mention de comptes précis dans des tweets que les usagers peuvent par conséquent relier à des sujets d’actualité, notamment débattus sur les plateaux télévisés.

On peut alors affirmer que Twitter constitue ici, pour ses usagers, un espace d’expression de leur propre intérêt pour un contenu télévisé lié à un sujet sociétal amplement controversé, et relaye aussi fortement l’information. En témoigne le compte officiel de C l’hebdo qui régulièrement durant le débat, a publié des tweets revenant sur les points de vue d’Aurélien Taché et de Zineb El Rhazoui afin de les partager aux internautes, et d’initier un prolongement du débat sur le réseau social. C’est six minutes après le début de l’émission qu’un tweet résumant l’opinion de la journaliste franco-marocaine, contre la commercialisation du hijab, est publié puis retweeté plus de cinquante fois pendant l’émission, affirmant à nouveau l’engouement des internautes pour le débat.

Néanmoins, si selon l’idée exprimée par Patrice Flichy dans son article « Internet et le débat démocratique »[2], Internet favoriserait le débat démocratique puisqu’il permet à son usager de s’exprimer aisément et de partager ses opinions avec le reste de la communauté, et en cela devrait rendre constructif tous les débats qui ont lieu en son sein, il apparaît qu’un nombre très limité de tweets relatifs au débat présentent un intérêt réel ou des opinions construites. Ainsi, les points de vue exprimés s’arrêtent bien souvent à la simple formulation d’un accord ou d’un désaccord avec les propos tenus par les invités :

L’intérêt, bien que vif, des internautes pour le débat, semble ainsi limité à l’écoute et la validation, ou non, des discours des deux intervenants, conduisant à établir le constat d’un débat qui, en plus de ne pas se prolonger sur Twitter, est réduit à ses éléments connexes.

Les réactions des internautes appauvries par la stérilité du débat

Plutôt que d’exprimer leurs propres opinions sur la commercialisation de l’article de sport polémique, les internautes s’attachent bien plus à analyser les composantes formelles de l’affrontement. Ce comportement commun relève de ce que Virginie Julliard nomme l’évitement des débats, et qu’elle considère comme une caractéristique propre à Twitter. Les internautes, en mentionnant l’émission par l’utilisation des hashtags appropriés (ici #clhebdo et #hijab), affichent volontairement la connaissance qu’ils sont de « prédiscours », et donc d’idées qu’ils incluent dans leurs tweets à travers ces hashtags. Ainsi, les #voile contenus dans plusieurs tweets, également reliés à l’émission, sous-entendent par leur présence voulue par les internautes les mentionnant, une référence à un débat plus large que celui du hijab de running, qui est celui du voile islamique. Mais comme le souligne Virginie Julliard, ces hashtags finissent par réduire la pensée de ceux qui les utilisent, puisqu’ils contiennent tout un lot d’idées que ces derniers n’ont pas à se charger d’exprimer, ce que dont le hashtag est charrié suffisant à permettre une compréhension des références auxquelles le tweet fait lui-même allusion.

Le contenu des tweets apparaît de surcroît très peu constructif pour le prolongement du débat sur le réseau social. D’une part, on constate un phénomène de catégorisation des usagers dans leurs positions, parfois uniquement rendues publiques après avoir retweeté l’opinion d’Aurélien Taché ou celle de Zineb El Rhazoui : chacun reste retranché derrière une réaction impersonnelle, participant in fine de ce mécanisme latent « d’évitement du débat ». D’autre part, lorsque des avis sont publiés, ils ne suscitent aucune réaction pouvant esquisser l’ébauche d’un débat sur la toile. Cette absence d’échange entre les usagers ainsi que la prédominance de retweets cristallisent les oppositions, sans pour autant les renforcer, ni les questionner. Patrice Flichy critique ce manque d’échange et développe l’idée selon laquelle le web pourrait finalement ressembler à un archipel constitué d’une multitude d’avis contradictoires, plutôt qu’à un territoire où les échanges se réalisent plus aisément. En effet, l’internaute semble finalement s’intéresser aux comptes proches de ses opinions plutôt qu’à confronter ces dernières.

Les avis publiés établissent le constat selon lequel le débat sur le hijab, et plus globalement le port du voile, est récurrent dans les chaînes d’information françaises, voire inutile ; la stérilité d’un débat qui ne sera jamais résolu, mais qui continue d’avoir lieu au fil des semaines, est aussi dénoncée par de nombreux tweets :

Le sujet débattu par les invités de C l’hebdo ne conduisant pas à la construction d’une discussion réfléchie et dynamique sur Twitter, les réactions se sont finalement concentrées sur des éléments plus formels et annexes.

Les regards tournés vers les éléments attenants au débat

Il apparaît que le cœur des propos publiés sur Twitter concerne bien plus la forme que le fond même du débat. Ainsi assiste-t-on à une déferlante de tweets mettant en cause l’attitude de Zineb El Rhazoui sur le plateau de C l’hebdo, un comportement jugé « hystérique » par de nombreux internautes, qui contraste avec le calme d’Aurélien Taché pour autant pas moins critiqué sur Twitter.

Les tweets recensés déplorent l’impossibilité d’équilibrer le débat lorsque ses participants s’emportent à la manière de Zineb El Rhazoui, qui reçoit de nombreuses insultes. Certains usagers estiment qu’il est impossible d’établir un réel dialogue face à une telle agressivité, d’autres saluent l’intervention d’Ali Baddou pour calmer son invitée. Cela dit, une part des tweets accueille positivement l’attitude de la militante, reconnue courageuse et déterminée.

Les tweets visant Aurélien Taché englobent quant à eux le député dans une critique plus large du gouvernement La République en Marche et blâment son point de vue, en faveur de la vente du hijab de Decathlon, sans rapporter les raisons de ce jugement au sujet débattu.

A cela s’ajoutent les tweets liés à l’émission en elle-même et à son contenu. Bon nombre de tweets font mention du « plaisir » que leurs rédacteurs ont à regarder un débat animé par Ali Baddou.


Les retombées Twitter du débat nous paraissent en définitive bien superficielles. Sans s’attacher réellement à son contenu, que la plupart des internautes critique sans exprimer d’opinion personnelle, ni sans aller au-delà du simple relais d’information permis par le retweet, elles accordent une importance peut-être trop grande à des éléments formels. Cela désignerait alors l’essentielle attention portée à l’attitude des invités sur un plateau télévisé, ainsi que la valeur de leur image et de leur réputation aux yeux des téléspectateurs. Cet appauvrissement du débat serait pour Patrice Flichy le miroir de notre société où la participation et la libre expression de chaque citoyen dans la démocratie sont relativement possibles mais finalement peu exercées. Le débat apparaît alors stérile car maigrement réalimenté.


[1] JULLIARD Virginie, « #Théoriedugenre : comment débat-on du genre sur Twitter ? », Questions de communication, 2016 (N°30).

[2] FLICHY Patrice, « Internet et le débat démocratique », Réseaux, 2008/4 n° 150, p. 159-185. DOI 10.3166 / réseaux.150.159-185.

2 commentaires Ajoutez le votre

  1. chloeS dit :

    A la question :  » twitter rend-il le débat stérile ?  » je répondrais que ce n’est pas tant le réseau social en lui-même qui a empêché le départ d’un débat lié à l’émission mais que cela est dû au choix des intervenants et à la polémique plus large autour du voile qui se cache derrière la question de la commercialisation de l’hijab de décathlon.

    Tout d’abord, j’aimerais souligner l’importance de twitter dans ce débat. Dans  » Twitter, espace politique, espace polémique « , Arnaud Mercier analyse des tweets pendant les campagnes municipales de 2014. Il explique que twitter est un espace propice au déclenchement de polémique. De nombreuses dénonciations et indignations y sont faites ainsi que des attaques plus violentes. Il ajoute que cette technologie permet l’affirmation de soi et la mobilisation sociale. Le cas de l’hijab de décathlon va dans le sens de cette analyse. La polémique est partie d’un tweet de Lydia Guirous et les internautes ont fortement réagit. Certains d’entre eux ont formulé des menaces adressées à l’entreprise et à son personnel, ce qui a même provoqué l’abandon de la commercialisation de l’hijab de running en France, alors même que la démarche était tout à fait légale.
    Les politiques et personnages médiatiques ont très rapidement pris position dans ce débat. Zineb El Rhazoui et Aurélien Taché avaient tous deux évoqués le sujet sur twitter avant d’être invités dans l’émission. Ils ont été choisis pour leurs avis divergents, l’émission recherchait un clash. La prévisibilité du débat et des interventions de chacun des invités est une des causes de la pauvreté du débat twitter. Comme vous l’avez précisé dans votre article, la plateforme a servi à reprendre les propos tenus par les invités. Arnaud Mercier évoque la notion de soutien via twitter. Les twittos qui sont d’accord avec une idée vont le montrer grâce aux citations ou aux retweets. Les deux invités étaient comme les portes paroles des deux positions distinctes.

    L’émission de C l’hebdo a eu lieu presque une semaine après le déclenchement de la polémique et la décision de décathlon de décommercialiser l’article était déjà prise. L’émission n’a pas apporté de point de vue ou d’arguments nouveaux qui auraient pu donner lieu à une deuxième analyse sur Twitter. De plus, ce sujet en aspire toujours à un autre : les marques religieuses dans un pays laïque comme la France, dont le voile qui a toujours été source de scandale. Les arguments sur ce sujet se répètent et les émissions se ressemblent. Toutefois, le nombre de tweets que vous avez recensé, 4 500 avec le #clhebdo ce jour-là, montre que c’est une polémique alimentée par de nombreuses personnes et les événements qui ont suivi ont prouvé que ce débat est loin d’être terminé. Je fais ici référence à la campagne controversée portée par la Fédération des conseils de parents d’élèves avec une jeune maman voilée sur une affiche, mais aussi de la mère voilée prise à partie dans le conseil régional de Bourgogne-Franche-Compté par un élu RN.

    L’article évoque un regard tourné vers les éléments attenants au débat. Il est intéressant d’étudier la réception des téléspectateurs par l’intermédiaire de twitter. Même si ce débat est parallèle à celui de l’hijab, il a son importance. Il montre la réception active des internautes et met en avant leurs analyses des médias. Ces réactions sont encore une fois recherchées par l’émission. En choisissant les invités, il était prévisible que les internautes s’expriment sur la politique d’Aurélien Taché et l’hystérie de Zineb El Rhazoui. Cette dernière est connue pour ses interventions choc à la télévision. Le 5 novembre dernier, suite à l’attaque de policiers et pompiers faite par des individus à Chanteloup-les-Vignes, elle a déclaré lors d’un débat sur CNews :  » Il faut que la police tire à balle réel dans ces cas-là « . Cette annonce a entrainé une vague d’indignation de la part des autres invités et sur twitter. Les dérapages de la journaliste sont toujours relayés sur les réseaux sociaux. Twitter est devenu la plateforme de prédilection des téléspectateurs pour interagir en direct et souligner les propos ou attitudes révoltantes des intervenants lors de débats télévisés.

    1. Diarra dit :

      Bonjour, avant toute chose, je vous remercie pour votre commentaire et souligne la pertinence et la qualité de celui-ci.

      Vous avez souligné que les en effet le choix des intervenants est stratégique. L’un des buts principaux de l’émission est l’audimat et la crédibilité comme l’énonce Noël Nel dans son analyse du débat télévisé. Les intervenants, ici Zineb El Rhazoui, journaliste d’origine franco-marocaine, militante pour les droits de l’homme, et Aurélien Taché, député La République en Marche de la 10ème circonscription du Val d’Oise ont donc été méthodiquement choisi de façons à provoquer une confrontation résultant à un débat animé. Oui, on peut supposer que le choix des invités et l’une des causes de la pauvreté du débat sur Twitter, mais pas la principale. Car bien des débats télévisés ayant pour invités de « fortes figures » ont eu lieu et ont résulté en la création de débats construit sur Twitter. Prenons pour exemple Monsieur Eric Zemmour, polémiste reconnu et avéré. Il a tout récemment participé à l’émission « Face à l’info » du 25 novembre 2019 diffusé sur Cnews, face à Laurent Alexandre co-fondateur du site Doctisimmo, s’étant récemment fait remarquer pour ses remarques désobligeantes envers Greta Thunberg. La participation de ces fortes personnalités au débat n’a pourtant pas empêché la mise en place d’un débat construit et pertinent sur la plateforme Twitter.

      Vous avez également souligné le fait que l’émission de C l’hebdo a eu lieu presque une semaine après le déclenchement de la polémique et la décision de décathlon de décommercialiser l’article. Étant donné du sujet de la polémique, la date de diffusion de l’émission ne justifie pas l’absence d’un débat construit sur twitter. Comme mentionné dans l’article la thématique du hijab et plus généralement « du voile et de la laïcité en France » est un sujet qui perdure dans l’espace public, de la polémique burkini en 2016 à la mère voilée prise à partie dans le conseil régional de Bourgogne-Franche-Compté par un élu RN. Le fait que ce sujet est aussi présent dans l’espace public prouve sa constante alimentation au sein des médias Français. Reprenons l’exemple du débat « Face à l’info » entre Eric Zemmour et Laurent Alexandre, le sujet tourne autour de l’intelligence artificielle, l’euthanasie et plus prinpalement de la science au sein de la démocratie. On remarque que ce sujet beaucoup moins polémique et moins présent dans l’espace public à susciter le départ d’un débat construit sur Twitter. Ce qui nous mène à penser que la nature du sujet « voile et laïcité en France » contribue fortement à l’absence d’un débat construit sur les Twitter. Sa forte et longue présence provoque un essoufflement du débat autour de ce sujet qui perdure dans l’espace public et les médias depuis déjà bien trop longtemps. C’est cette constante présence qui est la cause principale la pauvreté du débats sur Twitter. Le débat tourne en rond.

      Enfin, vous affirmez que ce n’est pas le réseau Twitter qui empêche le départ d’un débat pertinent, or cette plateforme n’est pas par essence le terrain idéal pour la mise en place de débat construit. Les paramètres de la plateforme Twitter contribuent fortement en la production d’un débat stérile. Dans « #Théoriedugenre : Comment débattons du genre sur Twitter » Virginie Juilliard cite quelque uns de ces paramètres. Premièrement l’anonymat qu’offre la plateforme favorise fortement les comportements injurieux. Un grand nombre de tweet formulé pendant la diffusion du débat visaient le comportement de Zineb El Rhazoui comportait une formulation vulgaire ou injurieuse. Deuxièmement les citations de tweets déjà existant substitut la formulation des avis personnels des utilisateurs. Au lieu de se lancer dans la rédaction de tweets exprimant leurs convictions, les internautes ont tendance à simplement retweeter ou citer des tweets allant dans leur sens et similaire à leurs convictions. L’anonymat et l’affiliation à un « camp » travers les retweets sont incontestablement la cause principale de la production d’un débat stérile.

      C’est donc la combinaison de fortes personnalités sur le plateau, d’un sujet polémique et principalement des paramètres d’utilisation qu’offre Twitter qui résulte en la création d’un débat stérile. Il serait intéressant de voir si un sujet aussi essoufflé, débattue par d’aussi fortes personnalités peut possiblement conduire à un débat pertinent sur une plateforme numérique autre que Twitter. Cela pourrait alors remettre en cause la responsabilité de la plateforme dans la stérilité du débat.

      Ont été cités dans ce commentaire
      Julliard Virginie « ‪#Theoriedugenre : comment débat-on du genre sur Twitter ?‪ », Questions de communication, vol. 30, no. 2, 2016, pp. 135-157.
      Nel Noel « Élément d’analyse du débat télévisé » Études de communication, 10, 1989, 83-92.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *